Blog

Home»Parfums et cosmétiques»Innovation et transfert de compétences au Mali

Innovation et transfert de compétences au Mali

La Savonnerie du Midi innove avec une méthode de saponification de l’huile de Karité en partenariat avec une coopérative de femmes au Mali. Ce projet a été initié avec l’aide de l’ONUDI. Gilbert Latour, PDG de l’entreprise, revient sur le déroulement de cette aventure. Interview réalisée à l’occasion de l’atelier Parfums et Commerce équitable, en mai 2012.

Quelle est l’origine de votre projet ?

Nous avons pris conscience du problème de déforestation lié à l’huile de palme. En tant que savonnier, nous utilisons couramment cette matière première. Nous avons donc cherché à la substituer. Lors du salon professionnel Beyond Beauty, nous avons rencontré un fabricant de savons du Mali supporté par l’ONUDI ; de cette rencontre, est né notre projet. En deux mots, il s’agit de développer une saponification à base d’huile de Karité.

Comment avez-vous procédé ?

Nous avons monté ce projet avec une coopérative de femmes locale au Mali, avec l’ONUDI et d’autres parties prenantes telles que le CECI (qui a dépêché un correspondant canadien pendant un an) et le Ministère malien de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille (MPFEF).
Une structure juridique a été créée avec la coopérative du Mali, la Savonnerie du Midi est minoritaire avec 49 % des parts.
Outre la formalisation de l’entité juridique, nous avons fourni du matériel de laboratoire pour permettre le suivi et la qualité des produits saponifiés, formé les femmes aux techniques de production et l’utilisation du matériel de sécurité (masques, lunettes…), défini le prix d’achat de la matière première (beurre de karité) avec un prix plancher et le prix de vente du savon karité ensemble sur la base d’un business plan établi avec l’ONUDI, veillé à ce que les enfants aillent à l’école et ne soient pas présents sur le site, etc.
La coopérative a mené le processus de certification bio pour la récolte des noix de karité.

Comment voyez-vous l’avenir de cette filière ?

Comme vous le savez, le Mali traverse une période d’instabilité politique. Nous sommes donc très attentifs et essayons de poursuivre la vie du projet dans ce contexte tendu. Nous avons aujourd’hui été livrés d’un premier conteneur de savon (20 tonnes). Nous réalisons les premiers essais industriels pour fabriquer un savon de Marseille sans huile de palme. Notre objectif est de le présenter aux acheteurs de la distribution et nous espérons un accueil favorable. Les participants à l’atelier le 11 mai pourront découvrir ces prototypes.

Written by

Christophe Mangalte, marketeur de formation, s'implique auprès des entreprises et organisations pour les aider à faire de leur offre le meilleur choix et bâtir un réseau de prescripteurs influents. Dans l’intérêt de tous (clients, fournisseurs, citoyens,etc.). Comment ? En pilotant chaque projet de A à Z : analyse « pratique » des attentes des clients et des parties prenantes, positionnement de l’entreprise, création d’offres produits innovantes et faciles d’accès, production de contenus pertinents, sélection des outils numériques les plus performants à moindre coût, réalisation graphique et technique de sites Internet fluides, performants et mobiles.

Leave a Comment

*