Blog

Home»Moins de CO2 !»Compensation carbone, pensez-y

Compensation carbone, pensez-y

Crédit Photo Rab36

Crédit Photo Rab36

Le CO2 dans l’ombre médiatique

Il y a bien un post Capenhague, avec comme première victime l’oubli médiatique du réchauffement climatique et de la nécessité de traquer le CO2 (pour s’éveiller sur le sujet : manicore.com). Il faut dire qu’avant le sommet, nous avons ingurgité du changement climatique à très haute dose, jusqu’à indigestion.

Il est frappant de constater que depuis décembre 2009, d’autres événements ont tenu en haleine les français : l’épidémie H1N1, les produits du bio à 1 euro, la folie du photovoltaïque et maintenant la voiture électrique.

L’éclairage médiatique s’est donc détourné du CO2, pour nous divertir avec des scoops plus frais. L’empreinte carbone est-elle encore une urgence ?

Le CO2 reste une priorité

Comme beaucoup d’autres sujets de fond, il y a une vie avant et après les paillettes médiatiques. Les professionnels ne chôment pas : les outils de mesure de CO2 se font plus nombreux (voir récap des calculateurs pour les particuliers : terra Eco), et s’adaptent à chaque secteur (exemple pour évaluer le CO2 émis par le bâtiment, voir l’article sur www.blog-durable.net ). Le marché innove, se structure et s’industrialise : matériaux, éco-conception, énergie renouvelable, etc. Les entreprises investissent et s’équipent, le tout dans l’ombre. Tout ce petit monde accélèrerait sans doute le mouvement si ces efforts étaient davantage valorisés et reconnus, mais c’est déjà mieux que rien !
Par ailleurs, avec la crise, les particuliers s’y mettent également malgré eux : tourisme de proximité, transports en commun, achats de produits locaux. Toutes ces actions économiques et parfois volontairement solidaires ont un effet positif sur la réduction des émissions de CO2.

Commentaire cynique : les traders en plongeant le monde dans la crise ont permis de diminuer de 3% les émissions de CO2 en une année : imbattable !

Campagne_CO2_OxfamRéduire puis compenser

En matière d’émissions de CO2, il faut d’abord commencer par réduire sa consommation d’énergie et espacer davantage ses achats. Et en plus des efforts pour limiter la consommation d’énergie, certains veulent aller plus loin et caresser l’espoir d’être « carbone neutre », c’est-à-dire que toutes les émissions de CO2 produites soient compensées par des programmes environnementaux qui réduisent la production de CO2 (plantation de forêts par exemple).

En la matière, les organismes de compensation carbone se mobilisent. Après les transports, la compensation se décline sur d’autres secteurs, et notamment celui d’Internet. Les comptes sont faits et il s’avère qu’Internet pollue : il faut beaucoup d’énergie pour que les serveurs puissent fonctionner (Greenpeace s’attaque à Facebook qui fait tourner ses serveurs avec de l’électricité produite par des centrales au charbon : voir la vidéo ludique et pédagogique).

Parmi les acteurs qui compensent le CO2 des sites internet, notons l’initiative de www.durable.com . Il est possible de disposer d’un widget que l’on intègre à son site web. L’application calcule l’empreinte de votre site et compense vos émissions, gratuitement si elles sont faibles. Apidae.fr est équipé du widget, voir dans la colonne de droite, en dessous des mots-clés, icône « éco-engagé ».

Blogueurs ou webmasters, une initiative à envisager pour votre site ?

Post Tags - ,

Written by

Christophe Mangalte, marketeur de formation, s'implique auprès des entreprises et organisations pour les aider à faire de leur offre le meilleur choix et bâtir un réseau de prescripteurs influents. Dans l’intérêt de tous (clients, fournisseurs, citoyens,etc.). Comment ? En pilotant chaque projet de A à Z : analyse « pratique » des attentes des clients et des parties prenantes, positionnement de l’entreprise, création d’offres produits innovantes et faciles d’accès, production de contenus pertinents, sélection des outils numériques les plus performants à moindre coût, réalisation graphique et technique de sites Internet fluides, performants et mobiles.

Leave a Comment

*