Blog

Home»Innovation & tendances»Des vacances de rêve tout en protégeant la planète

Des vacances de rêve tout en protégeant la planète

C’est l’été ! Pour les plus chanceux, l’heure des vacances a sonné.  Transports, hébergement / restauration, activités sportives et culturelles  : telles seront les préoccupations des « touristes ».
Les professionnels de ces secteurs vont orchestrer ces prestations et les meilleurs vont se mobiliser pour les rendre plus responsables. Très rapide inventaire des initiatives menées sur les produits et services que vous consommerez cet été.

aerial_photography_alex-maclean

aerial_photography_alex-maclean

Transport aérien

Le transport le plus polluant commence à se mobiliser pour limiter la consommation d’énergie et être plus responsable : les compagnies aériennes (Air France notamment) initient des programmes « d’éco-pilotage » permettant de réduire la consommation de kérosène  avec à la clé 30% d’émissions de CO2 en moins (soit 6t de CO2 au lieu de 9t pour un trajet Paris – Miami). British Airways tente de son côté l’utilisation des biocarburants, qui n’ont rien de bio et dont l’intérêt macro-économique reste très contesté. Dans les débats houleux, que dire des compagnies Low Cost qui incitent à consommer de l’aérien mais parallèlement remplissent leurs avions, ce qui se traduit par des émissions de CO2 par passager sans doute plus faibles que les compagnies traditionnelles ?

arton2728-a7de4Guides, trouver l’hôtel qui a du sens

Après le Guide du Routard responsable, le guide Michelin s’y colle aussi avec la publication du guide « les vacances au vert » (notez qu’avec le « guide vert », Bibendum avait déjà un pied dans le pré vert – d’accord c’est un peu lourd, mais en été tout est permis ?). Le guide Michelin passe en revue l’hébergement « près de la nature ». En tout, 250 lieux hôteliers répertoriés, parfois insolites (tipis, maison flottante) mais tous reposants et responsables. En prime, 300 activités en plein air et 500 tables de terroir à découvrir.

arton2211-d947dDans un registre plus classe, les hôtels de charme et haut de gamme se mettent aussi au vert. Même si le luxe n’est pas toujours synonyme d’écologie, il faut néanmoins souligner les efforts des professionnels qui doivent concilier protection de l’environnement et attentes très exigeantes de leurs clients (pour l’anecdote, les grands chefs étoilés ont renoncé à cuisiner le thon rouge suite à la menace de sa disparition). Bref, le livre « Eco-lodges » (Editions Eyrolles) présente le défi de 10 éco-lodges rares plantés aux quatre coins de la France (voir le détail sur cdurable). Ces hôtels ont mis en œuvre plusieurs actions : performance énergétique du bâtiment, récupération des eaux de pluie, gestion des déchets (moins d’emballages individuels), utilisation de produits biologiques, etc. Tous ces efforts sans négliger le confort, le design (La Pérouse à Nantes : Primé hôtel le plus design d’Europe en 1995) et le service client.
Au passage, la promotion de l’hôtellerie verte française valorise le patrimoine local : nul besoin d’avion pour y accéder.

Alain Guerra et Neraldo de la Paz

Alain Guerra et Neraldo de la Paz

Culture

Il est évident que la culture n’échappe pas au développement durable : les artistes se mobilisent pour faire rayonner cette tendance de fond (voir ci-contre l’œuvre de guerra de la Paz à retrouver sur Thetrendygirl). Ici et là les initiatives témoignent de l’engagement responsable du milieu culturel. Les festivals s’emploient à limiter leurs déchets, à sensibiliser les spectateurs, à évaluer et compenser leurs émissions de CO2 : exemple le festival des Voix du Gaou . Le Louvre vient de se lancer dans un programme de rénovation de l’éclairage par LED pour limiter sa consommation d’énergie (voir détail). En Bretagne, le livrophone permet aux non voyants d’accéder à la culture et à vivre l’émotion du château des Ducs (voir l’initiative en détail).

Mont Rose

Mont Rose

Sports en plein air

Passionné de glisse, difficile de passer à côté des professionnels des sports outdoor (plein air). Bien sûr, l’environnement est le terrain de jeu de leur business, mais la croissance de leur chiffre d’affaire tient aussi à leur image de marque : voilà pourquoi il est primordial pour eux d’agir.
Les fabricants d’équipements sportifs se mobilisent : on a déjà longuement parlé de la marque Patagonia, référence environnementale et sociale dans ce domaine (voir l’article sur le textile et l’interview de Yvon Chouinard ). Mais les autres fabricants s’activent également : Lafuma est particulièrement actif dans l’éco-conception de ses produits, à savoir utiliser le moins de matière possible et des matériaux les moins polluants voire recyclés.

Rip Curl Planet copyright

Rip Curl Planet copyright

Ca remue aussi dans les vagues : 4 producteurs (Rip Curl, Quiksilver, Billabong et Volcom) viennent de s’engager pour réduire leurs emballages et ont mis en place une filière de recyclage (voir La Tribune). La sensibilisation étant au cœur du changement, RipCurl vient de lancer un site dédié aux initiatives de la marque pour protéger l’environnement : témoignages et vidéo à la clé sur ripcurlplanet.com. Ce site relaye également l’engagement de la fondation Rip Curl Planet, qui a soutenu de nombreux projets (à hauteur de 313 K$) (voir les détails).
Enfin, du côté des montagnes, les stations de ski profitent de l’été pour sensibiliser les vacanciers avec des opérations de collecte des déchets sur le parcours des remontées mécaniques. On peut également noter l’initiative de la station Les Orres qui mène un vaste programme de re-végétalisation des sols pour réintégrer au mieux les pistes de ski en dehors de la période hivernale (voir le reportage).
Ce qui est remarquable dans les métiers qui gravitent autour de l’activité « plein air », c’est que les professionnels et les associations et ONG travaillent de concert pour développer des programmes communs. Citons quelques associations actives : Surfrider Foundation, Mountain Riders, Protext Our Winters, WWF, Reef Checks Polynesia, etc.

copyright allposter_99 (Flickr)

copyright allposter_99 (Flickr)

Développement durable, une âme et des revenus

Les secteurs du tourisme et des sports en plein air empruntent chaque jour davantage le chemin du développement durable pour satisfaire les besoins de leurs clients, valoriser leur image et préserver l’environnement qui les fait vivre. D’autres acteurs comme les compagnies aériennes sont pressées de s’y mettre par des économies rendues indispensables et pour limiter la fuite des voyageurs vers d’autres solutions (train ou choix de destinations plus proches accessibles en voiture).

En somme, les entreprises qui innovent sur ces secteurs ont bien intégré les enjeux futurs et les bénéfices économiques qui sont liés.
De quoi leur donner le sourire.

Written by

Christophe Mangalte, marketeur de formation, s'implique auprès des entreprises et organisations pour les aider à faire de leur offre le meilleur choix et bâtir un réseau de prescripteurs influents. Dans l’intérêt de tous (clients, fournisseurs, citoyens,etc.). Comment ? En pilotant chaque projet de A à Z : analyse « pratique » des attentes des clients et des parties prenantes, positionnement de l’entreprise, création d’offres produits innovantes et faciles d’accès, production de contenus pertinents, sélection des outils numériques les plus performants à moindre coût, réalisation graphique et technique de sites Internet fluides, performants et mobiles.

2 Responses to “Des vacances de rêve tout en protégeant la planète”

[…] Ce billet était mentionné sur Twitter par Eric Claudie, Apidae. Apidae a dit: Des vacances de rêve tout en protégeant la planète : transport aérien, guides touristiques et sports outdoor http://ow.ly/2jJ34 […]

By Eric - 16 août 2010 -

Un article qui fait une synthèse intéressante et utile Merci

Leave a Comment

*